Méthode
 
   


Méthode

Accueil

I. LA REHARMONISATION ENERGETIQUE (R.E.)

Le but de la R.E est de dépasser le simple traitement symptomatique pour arriver à une compréhension et une libération des racines profondes des différentes pathologies. Ce travail donne la possibilité d'évaluer pour chaque maladie, la part des causes d'ordre physique et des causes d'ordre psychique et mental. Derrière les accidents traumatiques ou l'hypersollicitation mécanique, se cachent souvent des causes psychiques dues au stress, aux conditions de travail, aux problèmes familiaux personnels et aux pensées négatives qui peuvent prendre un rôle prépondérant dans l'apparition de la symptomatologie notamment par l’intermédiaire du système nerveux végétatif et involontaire.
La R.E permet d'agir à ce niveau d'une manière très efficace tout en restant simple, avec des explications rationnelles qui correspondent à notre mode de pensée européen.

Cet enseignement permet au kinésithérapeute d'acquérir, d'une part des gestes thérapeutiques faciles d'emploi à ajouter à sa pratique journalière, dès le premier week-end de formation et d'autre part de proposer des séances de traitements complets, hors nomenclature conventionnelle, après le deuxième et le troisième week-end, tout en restant dans le cadre légal de ses compétences.

II. LE PRINCIPE

L'être humain est considéré dans sa forme globale, en quatre plans : physique, émotionnel, vibratoire et mental.
Toutes les tensions pathologiques du corps représentent en fait des réactions de défense automatique de celui-ci contre toutes les agressions externes et internes.
Ces réactions sont involontaires : on a beau dire au patient « mais détendez-vous donc ! » il ne le peut pas !

L’hypnose ericksonnienne nous apprend que pour déjouer ce système de défense il suffit d’envoyer à l’organisme trois informations simultanées pour qu’il soit surinformé, ce qui le fait disjoncter, permettant au corps de se détendre en profondeur.
En RE, nous avons 5 informations à notre disposition :

1. L’appui, légèrement douloureux du thérapeute sur la zone à traiter :
= Information kinesthésique

2. Le souffle long et profond maintenu en apnée expiratoire :
= Information gestuelle volontaire

3. L’intention du patient avec l’affirmation « Je me libère »
= Information mentale

Dans les cas difficiles à forte incidence psychologique, l’on peut utiliser un quatrième outil :

4. La représentation imagée de la douleur :
= Information visuelle

Il s’agit de demander au patient, quelle image pourrait correspondre à sa douleur : une barre, une brûlure, un coup de poignard, un étau, etc...ou alors quelle couleur évoque son blocage.

5. L'action du CO2 dans le sang :
= Information biochimique

Il s’ajoute un cinquième outil systématiquement employé avec le souffle et qui est de nature biochimique :
Le temps d’apnée expiratoire lors de la correction entraîne une hypercapnie (excès de CO²) qui est justement favorable à la détente des synapses nerveuses acétylcholinergiques.

Trois outils sont suffisants. L’on peut voir leur application pratique sur les différents clips vidéo de la page d’accueil.



Page suivante >

 

 

Retour en Haut de Page


  Administration
Langue :  
 
Jean-Michel DEMELT - Masseur-Kinésithérapeute - Formateur - Contacts